Ajouter un escalier dans la piscine : les travaux à prévoir

Ajouter un escalier dans la piscine : les travaux à prévoir

18 janvier 2022 0 Par Yvon Masson

Ajouter un escalier dans une piscine est une idée qui répond à la fois à des exigences de sécurité, de confort et d’esthétique. Étant donné que l’escalier doit être en partie encastré dans la structure de la piscine, la réalisation d’un tel projet est complexe.

L’étude préliminaire

L’étude préliminaire est une étape cruciale de la phase de conception du projet. En effet, c’est durant cet examen que l’ingénieur de structure étudie la faisabilité du projet imaginé par le propriétaire. En cas de non-conformité ou d’anomalie, il y apporte les éventuelles modifications et suggère d’autres propositions. Cette phase est obligatoire, car elle permet d’évaluer :

    • La pertinence de l’emplacement choisi ;
    • La dimension idéale de l’escalier à créer ;
    • La nature de la construction ;
    • La qualité du revêtement.

Les travaux d’implantation

Le traçage

Le traçage constitue le premier pas vers la réalisation du présent projet. En effet, il conditionne la pertinence de l’emplacement du futur escalier de piscine. Il doit nécessairement s’effectuer sur une partie non stratégique afin que la nouvelle construction n’occasionne aucune fissure ou une future démolition. Cette étape est primordiale aussi bien pour l’escalier encastré d’une piscine en béton ou la version prête-à-poser, idéale pour une piscine creusée en fibre de verre.

Le décapage

Le décapage de la structure en béton d’une piscine est un pilier de l’implantation. Les études préliminaires précédemment faites et la phase de traçage ont pour but de veiller à un décapage précis afin d’assurer le minimum d’endommagement matériel possible. La phase de décapage suit directement l’opération précédente. Il requiert l’utilisation d’un marteau-piqueur et de quelques outils à usage domestique.

Le coffrage

Le coffrage constitue la dernière étape des travaux d’implantation. Il est réalisé grâce à un assemblage de quelques charpentes. Il est spécialement conçu pour recevoir le béton à couler. Par conséquent, il doit être assez robuste pour le contenir. En effet, le coffrage est un moule de béton, en bois ou en acier. Grâce à cet ouvrage de charpenterie, on peut avoir un aperçu de la forme de la future construction.

Le ferraillage

Un ouvrage en béton sans ferraillage résiste aux forces de compression et non aux tractions. En effet, un ferraillage arme le béton de quelques tiges de fer rond 6, 8 et 12 afin de le fortifier. Il renforce la capacité du béton, mais garantit également la stature et la pérennité d’un ouvrage. La pose d’armatures de fer requiert l’intervention d’un professionnel de la construction, car sa réalisation doit être fidèle au plan de ferraillage précédemment conçu par l’ingénieur de structure.

Le coulage du béton

Le coulage du béton peut commencer dès que la pose d’armatures est faite. Il consiste à introduire du béton frais à l’intérieur du coffrage. La phase de coulage du béton est effectuée dès que le moule de charpente est rempli. Il ne reste plus qu’à laisser l’ouvrage au repos pendant au moins 21 jours ; c’est le délai imparti pour la solidification optimale du béton. Ceci étant, l’escalier a pris sa forme définitive et le projet de construction est en partie réalisé. Désormais, on peut procéder à l’enlèvement du coffrage précédemment monté.

La pose du revêtement

Un béton, même bien séché, se désaltère sous l’effet permanent de l’humidité. Par conséquent, le revêtement du nouvel ouvrage est obligatoire. De plus, il garantit à la fois la protection et l’esthétique de la structure. À cette fin, le revêtement choisi doit être anti-dérapant, pérenne et résistant à l’humidité. Par ailleurs, il faut uniformiser la couverture de la piscine et celle de l’escalier nouvellement créé. Par exemple, si vous avez une piscine avec des parois en verre, alors, vous pouvez opter pour le même matériau de revêtement pour son escalier.